Evaluation de la TEP pour détecter les lésions pulmonaires induites par la ventilation mécanique

La TEP est une technique d'intérêt potentiel pour la détection précoce des lésions pulmonaires induites par la ventilation mécanique. Un travail expérimental récent (Mush, Anesthesiology, 2007;106:723-35) à démontré qu'en utilisant comme radio traceur le 18F-fluoro-désoxy-glucose (18F-FDG), il était possible de détecter en TEP une augmentation de sa captation intrapulmonaire après 90 minutes d'une ventilation "agressive" (avec volumes courants élevés et pression expiratoire négative). L'intérêt majeur de cette technique pour détecter les lésions pulmonaires induites par la ventilation mécanique est son potentiel pour détecter précocement des anomalies fonctionnelles, avant même l'apparition des lésions anatomiques caractéristiques. La conséquence est la possibilité de tester expérimentalement des modalités ventilatoires "protectrices" sur de courtes périodes. L'intérêt clinique de cette technique est aussi potentiellement majeur, si l'on excepte la nécessité de transport des malades avec SDRA dans la caméra TEP. Une des critiques majeures faite au travail suscité est le caractère artificiel et exagéré du stress ventilatoire appliqué au poumon, ce qui fait que sa pertinence clinique reste incertaine, et donc qu'on ne sait pas si des conditions ventilatoires plus proche de la pratique clinique puissent générer des anomalies de captation du 18F-FDG détectables en TEP.

Les objectifs de ce travail sont :

1- de valider la mesure de la captation pulmonaire de 18F-FDG comme marqueur des lésions induites par la ventilation mécanique. Les mesures TEP seront confrontées aux mesures de la quantité de cytokines dans le liquide de lavage broncho-alvéolaire;

2- de comparer 2 stratégies de réglage de la PEP sur l'inflammation pulmonaire régionale;

3- d'évaluer les effets de la ventilation en décubitus ventral sur l'inflammation pulmonaire.

 

Ce travail est en cours de réalisation avec des résultats prometteurs. La figure 1 montre clairement une augmentation importante de la captation pulmonaire de 18F-FDG chez un animal soumis à une double agression pulmonaire (inhalation d'acide chlorhydrique puis ventilation mécanique à haut volume - image de droite), en comparaison avec un animal soumis à une agression pulmonnaire par inhalation d'acide chlorhydrique mais ventilé de façon protectrice (image de gauche).

 

Figure 1. Coupes tomographiques médiothoraciques obtenues en TEP une heure après injection de 185 MBq de 18F-FDG chez 2 animaux. L'image de gauche a été obtenue chez un porc soumis à une agression pulmonaire par inhalation d'acide chlorhydrique et ventilé de façon protectrice pendant 2 heures (Volume courant : 7 ml.Kg-1, PEP : 12 cm H2O, Pression plateau : 26 cm H2O et pression trans pulmonaire : 24 cm H2O). L'image de droite a été obtenue chez un porc soumis à une agression pulmonaire par inhalation d'acide chlorhydrique et soumis à une agression pulmonaire supplémentaire induite par la ventilation mécanique pendant 2 heures (Volume courant : 23 ml.Kg-1, PEP : 0 cm H2O, Pression plateau : 47 cm H2O et pression trans pulmonaire : 38 cm H2O).